Did you know that your version of Internet Explorer is out of date?
To get the best possible experience using our website we recommend downloading one of the browsers below.

Internet Explorer 10, Firefox, Chrome, or Safari.

À propos de nous

On dit souvent que les chutes font partie de l’apprentissage de l’enfant. Mais les chutes peuvent causer de graves blessures. Le poids de l’enfant est concentré en haut du corps. Il tombe donc souvent tête première quand il trébuche ou perd l’équilibre. Il peut se blesser au cou ou à la tête. La blessure peut être encore plus grave si l’enfant tombe d’un meuble et se frappe la tête sur un objet (p. ex., table à café, table de nuit, tête de lit). Entre 2012 et 2016, 262 826 enfants âgés de 0 à 6 ans se sont retrouvés aux services d’urgence en Ontario à cause de blessures liées à une chute. Chez les enfants de moins d’un an, les chutes survenues pendant qu’on les portait ou qu’on les soutenait comptaient pour plus de 54 % des visites aux urgences. En 2016, les principales causes des blessures subies après une chute chez les enfants de 3 ans et moins étaient : les chutes après avoir glissé, trébuché ou perdu l’équilibre, les chutes du lit ou d’un meuble et les chutes des escaliers ou dans les escaliers. Chez les enfants de 4 à 6 ans, les chutes après avoir glissé, trébuché et perdu l’équilibre, les chutes d’une cage à singes et les chutes des escaliers ou dans les escaliers constituaient les trois principales causes de blessures en 2016 (Ontario Injury Compass, numéro 17, novembre 2017).

La culture de l’activité physique implique que l’enfant acquiert les habiletés et la confiance en soi voulues pour s’adonner à toutes sortes de sports et d’activités physiques dans divers contextes. On peut la développer à n’importe quelle étape de la vie, mais se maintient plus facilement si on a commencé jeune. L’acquisition des habiletés motrices de base est essentielle à la croissance et au développement. Il est important d’encourager les enfants de moins de six ans à, courir, à sauter, à lancer, à attraper et à stimuler leur sens de l’équilibre (Bureau de santé de Windsor – comté d’Essex, 2015). À cette étape de la vie, l’activité physique devrait être amusante, et non pas mettre l’accent sur la compétition. Les parents et les personnes qui prennent soin des enfants jouent un rôle de premier plan en montrant aux enfants à être actifs. Ils devraient toujours être présents lorsque les enfants apprennent une nouvelle habileté afin de les superviser et de veiller sur leur sécurité, et ainsi réduire les risques de chutes et de blessures (Bureau de santé de Windsor – comté d’Essex, 2015). La culture de l’activité physique présente de nombreux avantages. Elle minimise, par exemple, les risques d’obésité et de maladie chronique, et aide à renforcer les os et les muscles, ce qui a pour effet de développer l’autonomie et de diminuer les risques de chutes. (ParticipACTION, 2017).

Historique

Ontario Childhood Injury Prevention Committee (OCIPC) s’engage à être un chef de file en matière de prévention des blessures chez les enfants de l’Ontario. Il s’engage à promouvoir et à soutenir un changement positif durable dans notre façon de comprendre le mieux-être dans nos collectivités et d’agir dans ce sens. De 2013 à 2017, le Comité a participé à des projets locaux collaboratifs de SPO et de la FON. La création du site Web www.preventchildinjury.ca fait partie des réalisations pour assurer la prévention des chutes, des empoisonnements, des brûlures et des échaudures chez les enfants de trois ans et moins. Les parents peuvent s’abonner à la liste d’envoi de courriels en indiquant l’âge et le stade de développement de leur enfant. Il est également possible de télécharger des ressources, comme le guide de l’animateur, du matériel de formation, un aide-mémoire pour assurer la sécurité à la maison (en français et en anglais), et des webinaires d’information.

OCIPC a encadré le processus d’élaboration de la trousse d’information sur les enfants, à laquelle ont aussi participé les partenaires suivants :  

Fondation ontarienne de neurotraumatologie
@OntNeurotrauma

La Fondation ontarienne de neurotraumatologie est l’artisan et le commanditaire de l’initiative « Mois de la prévention des chutes ». Ses responsabilités sont les suivantes :

  • affecter et gérer les fonds nécessaires à la campagne;
  • surveiller la bonne marche de la campagne.

Bureau de santé publique de Toronto 
@TOPublicHealth

Le Bureau de santé publique de Toronto a dirigé l’élaboration de la version de la trousse d’information destinée aux médias sociaux, et effectué une analyse du contexte des ressources sur la prévention des chutes chez les enfants.

Pour connaître la liste des membres de l’OCIPC ayant contribué à l’initiative et des autres partenaires des campagnes allant de 2010 à 2017, consultez le document d’information (en Anglais).

Notre objectif est d’élaborer un plan concret et de faire participer les parties prenantes de la collectivité à la mise en œuvre de stratégies fondées sur des données probantes qui ciblent les parents et les personnes qui prennent soin des enfants de 6 ans et moins en diffusant les grands messages de la prévention des chutes adaptés à l’âge et au stade de développement.